Suilly-la-Tour

600
Habitants
3685
Hectares
MAIRE : Jean-Fernand THIBAULT
CONSEILLERS COMMUNAUTAIRES : Jean-Fernand THIBAULT

Suppléant : Yves RAVET

 
HORAIRES D’OUVERTURE DE LA MAIRIE

du lundi au samedi de 8h30 à 12h. Fermée le mercredi

Coordonnées : 27 rue St Symphorien 58150 SUILLY LA TOUR / 03 86 26 32 92 // mairiesuillylatour@wanadoo.fr

Secrétaire de Mairie : Mme DANNEVILLE

Historique :

Le terroir de Suilly, au confluent du Nohain et de l’Acotin, a connu une occupation humaine fort ancienne. A l’époque gallo-romaine, la voie romaine qui relie Bourges à Entrains-sur-Nohain en franchissant la Loire au gué de Mesves, traverse Suilly où on retrouve les traces de grandes fermes, de hameaux ainsi que d’un petit sanctuaire (aux Tremblées).

Si ces époques lointaines n’ont laissé que des traces peu visibles, Suilly-la-Tour ne manque pas de trésors moins lointains :

L’église Saint-Symphorien, classée en 1914, est d’autant plus impressionnante qu’elle est accolée à la puissante tour de guet construite à la Renaissance ; les reconstructions successives n’ont pas altéré la majesté de cet édifice fortifié qui domine le bourg.

En venant de Cosne-Cours-sur-Loire, entre les frondaisons qui bordent le Nohain, on découvre le château des Granges, sobre édifice Louis XIII qui reflète ses élégantes proportions dans les eaux de ses douves.

Cachés au milieu des arbres, les clochetons d’ardoises du château de Vergers – reconstruit et rénové au XIXe siècle par les maîtres des forges attenantes – abritent une charpente métallique signée Gustave Eiffel.

Les rives des cours d’eau sont parsemés de lavoirs et de nombreux moulins – à farine, à tain, à pilon de forge – aujourd’hui désarmés ; sur le Nohain : la forge de Vergers, Moulin neuf et Ronchonnière ; sur l’Acotin : Chailloy, Suillyzeau et Presle.

Commune à dominante agricole, 20 exploitations céréalières avec en complément, des élevages bovins, caprins et de la viticulture.

Une carrière à Champcelée façonne ses pierres de taille de Vergers et de Malvaux. Dans la vallée de la Loire et partout en France, ses pierres ont servi à restaurer où à bâtir des ouvrages d’art. Plusieurs artisans et commerçant forment le tissu économique.